Communauté de Communes de la Champagne Conlinoise

Consultez le nouveau site de la Communauté de communes de la Champagne Conlinoise et du Pays de Sillé (4CPS) : www.4cps.fr

Environnement

Obtenir un compost de qualité

La transformation des matières organiques se fait naturellement. Mais pour produire un bon compost, il est nécessaire de respecter trois règles simples :

  • mélanger les différentes catégories de déchets ;
  • aérer les matières ;
  • surveiller l’humidité.

Mélanger les déchets entre eux

On ne peut donc pas faire un vrai compostage avec une seule de ces catégories. Pour faire un bon compostage il faut mélanger des catégories opposées :

  • les carbonés avec les azotés ;
Les déchets plutôt carbonés......et les déchets plutôt azotés
Tailles, branches, paille, écorces, feuilles mortes, sciure, copeaux, herbes sèches, papiers, cartons, etc.
Seuls, ils se compostent très lentement.
Déchets de cuisine, tontes de gazon, pousses vertes, etc.
Ils se dégradent très facilement et ont tendance à pourrir (c’est notamment le cas des tontes de gazon).
  • les humides avec les secs ;
Les déchets humides......et les déchets secs
Déchets de cuisine, tontes de gazon, pousses vertes, etc.
L’eau qu’ils contiennent est très utile au processus, mais seuls, ils se tassent et s’asphyxient, générant des écoulements de jus et des odeurs désagréables.
Branches, paille, papiers, sciure, etc.
Seuls, ils ne se compostent pas.
  • les grossiers avec les fins.
Les déchets grossiers......et les déchets fins
Tailles et déchets fibreux broyés.
L’enchevêtrement de ces matériaux crée des vides dans lesquels l’air peut circuler, ce qui facilite l’aération. Cependant, s’ils sont trop nombreux, ils risquent d’entraîner un dessèchement trop rapide des déchets en compostage.
Déchets de cuisine, sciure, tontes de gazon, etc.
Ils se tassent facilement, empêchant le passage de l’air.

Pour réaliser ces mélanges, vous pouvez soit brasser les déchets dès le départ, soit les disposer en couches minces alternées si c’est possible.

Aérer les matières

Au cours du compostage, les micro-organismes ont besoin d’oxygène. Ils sont asphyxiés si l’air ne circule pas dans la masse en compostage et remplacés par d’autres produisant du méthane, puissant gaz à effet de serre, et des gaz malodorants.

Deux solutions sont à mettre en oeuvre :

  • intégrer dans le mélange en compostage des matières grossières qui permettent une aération passive permanente des déchets ;
  • réaliser un brassage régulier (notamment au début du compostage lorsque l’activité des micro-organismes est la plus forte, puis tous les 1 à 2 mois). Pas d’inquiétude, c’est facile : une fourche et quelques minutes suffisent !

Le brassage permet non seulement de décompacter le tas et de l’aérer, mais aussi d’assurer une transformation régulière.

Surveiller l’humidité

Le compost doit être humide (comme une éponge pressée) mais sans excès. Trop d’humidité empêche l’aération, ce qui a pour conséquence de freiner le processus de compostage et de dégager des odeurs désagréables. Pas assez d’humidité : les déchets deviennent secs, les micro-organismes meurent et le processus s’arrête.

Il est facile d’arroser quand le compost est trop sec. L’assécher quand il est trop humide est un peu plus difficile. On pourra l’étaler quelques heures au soleil ou le mélanger avec du compost sec ou de la terre sèche.

Sources : Guide du compostage domestique de l'ADEME [PDF - 2,1 Mo]