Communauté de Communes de la Champagne Conlinoise

Consultez le nouveau site de la Communauté de communes de la Champagne Conlinoise et du Pays de Sillé (4CPS) : www.4cps.fr

Environnement

Utiliser son compost

Reconnaître le bon moment

Le processus de compostage domestique peut prendre de deux mois à deux ans selon les déchets utilisés et l’effort fourni.

Comment savoir que votre compost est mûr ?

Un compost mûr se caractérise par un aspect homogène, une couleur sombre, une agréable odeur de terre de forêt et une structure grumeleuse qui s’émiette. Sa texture est fine et friable.

Dans un compost mûr, vous n’arrivez plus à identifier les déchets de départ, à l’exception des déchets qui ne se décomposent pas (coquillages et coquilles d’oeuf entre autres) ou difficilement (trognons de chou, morceaux de bois, etc). Vous pourrez alors faire suivre à ces déchets récalcitrants un nouveau cycle de compostage.

En cas de doute, vous pouvez tester votre compost, en semant des graines de cresson dans des petits pots remplis de compost. Il ne germera pas, ou mal, si le compost n’est pas mûr.

Utiliser le compost à bon escient

Avant maturité

Vous pouvez disposer votre compost avant maturité en paillage sur la terre, au pied des arbres ou sur des cultures déjà avancées. Mais vous devrez attendre plusieurs semaines voire plusieurs mois avant de l’incorporer au sol car, immature, un compost peut nuire aux jeunes plants.

À maturité

Un compost à maturité peut avoir de nombreux effets bénéfiques sur le sol et les végétaux. Il peut être utilisé de deux manières différentes :

  • comme amendement organique : il augmente le taux de matière organique dans le sol et améliore la capacité de rétention en eau et la porosité du sol tout en en contrôlant l’érosion. Vous l’épandrez en couches minces (1 à 5 l par m2), puis l’incorporerez superficiellement au sol par binage (sur 5 à 15 cm) ;
  • comme support de culture : il contribue à la croissance des plantes et les aide à développer un bon système racinaire. Il est souhaitable de préparer un terreau en mélange avec de la terre et votre compost. En effet, il faut absolument éviter de semer ou de planter directement dans le compost. Si certaines plantes comme les tomates ou les potirons peuvent s’en accommoder, la majorité des plantes ne le supportent pas.

Tamiser comme il faut

Le tamisage permet d’affiner le compost et de l’utiliser plus facilement.

Il permet d’éliminer les éléments grossiers qui n’ont pas été complètement transformés.

Pour tamiser, un simple grillage posé sur un cadre peut faire l’affaire.

Comment faire ? Vous projetez le compost à l’aide d’une pelle sur un cadre grillagé que vous aurez pris soin de poser contre un support ou un mur pour le maintenir incliné. Vous pouvez utiliser aussi un tamis à main.

Que faire des refus de tamisage ? Vous pouvez les utiliser en paillage ou encore les recycler dans le tas ou le composteur. Ils aident à démarrer le compostage et à améliorer le rapport carbone / azote.

Sources : Guide du compostage domestique de l'ADEME [PDF - 2,1 Mo]